Tous les articles par ogaarden

Une année blanche

Ça s’éveille timidement. Un simulacre d’hiver s’accroche de façon morbide. Les silhouettes sont intactes. Statufiées. Si tout restait ainsi figé ?

Derrière une valériane blanche, le totem de l’entrée se dresse encore. Tu distingues à peine les lettres tracées à la peinture blanche. Le temps efface. Tu imagines l’été où tu reviendras, où la nature aura peut-être repris tous ses droits. Finalement, le jardin sera-t-il mieux sans toi. Te souviendras-tu de ce dernier printemps où le Magnolia perdait ses pétales sur le tapis vert qui supporte, comme Atlas en son temps, les boules de buis ? Te rappelleras-tu ces courtes tulipes dans le premier cercle qui de leur rouge faisaient comme un crève-cœur ? Peut-être verras-tu seulement dépasser quelques coquelicots parmi les hautes herbes, des Verbascum préparant leur floraison jaune ? Ce sera alors le jardin naturel et sauvage que tu n’as jamais osé imaginer ! Et si les scabieuses s’étaient ressemées, les euphorbes aussi, des Stipas. Là, le bleu métallique des Eryngium. Ici, le parfum envoûtant d’une menthe invasive. Ce pourrait-il que ce soit une prairie impénétrable ? Les jardins de Calipso en désuétude sentiraient le soir venu cette subtile et vague effluve de julienne des Dames. Alors, la biodiversité tant recherchée se sera installée. Le bassin sera-t-il devenu un trou d’eau rempli de vase où viendront s’abreuvoir un troglodyte, une couleuvre, un hérisson ? Et si la chouette était devenue la seule vraie propriétaire des lieux ?
Ou bien tout aura disparu. Plus une preuve d’existence des Jardins. Que restera-t-il de nous ?
Nous qui aurons emporté notre jardin dans un nouveau voyage. Comme une ruche qui déménage ; le jardin comme une poche crevée où les arbustes laissent des trous béants et les plantes des alvéoles vides. L’alignement de pots qui se multiplient au fond des Jardins est une arche de Noé qui semble être sur la ligne de départ pour une transhumance vers l’inconnu. Cette année, ce sont les Jardins de Calipso à l’envers : on déplante, on collecte, on classe. Comme s’il fallait sauver. Mais, c’est en ce printemps que les Jardins de Calipso se délitent. S’éteignent.
Ce sera pour eux une année blanche. Où le laisser-faire n’aura jamais été autant de circonstance.
C’est un entracte : rideau.

C’est dingue !

Dans les mains, il a l’air d’une boite de Pandore, ce livre. Un pavé des éditions Ulmer qui ne tient pas dans une poche mais que l’on peut emmener au jardin lorsque l’on y fait des « tours » ! C’est un livre fouillis que celui de Didier Willery. Dingue de Plantes. On dirait une autobiographie.
L’auteur connu des jardiniers (il publie notamment des articles dans L’Ami des jardins) nous raconte son jardin. Nous sommes dans l’intimité du jardinier, connu pour être conseiller du Vasterival. Ce sont des milliers de plantes qu’installe Didier Willery sur son lopin de terre (2500 m carré) dans le Pas-de-Calais. Cet homme est fou, fou de plantes ! C’est également un jardinier pas comme les autres qui revendique ceci dans son préambule : « Loin de moi l’idée de vous inculquer des préceptes ou des « règles » qui en matière de jardin n’ont généralement aucune valeur ». Tout est dit. Au fil des lignes et des végétaux présentés, on se laissera dévorer par la passion de ce jardinier. Ce ne sont pas ses plantes préférées qu’il nous dépeint mais plutôt ses « gourmandises », de petites collections. On en viendrait presque à s’intéresser aux feuillage panaché et feuillage doré qu’en temps normal on abhorre ! Il vous déniche quelques bonnes trouvailles : « Je préfère collecter des plantes qui répondent à une envie, un besoin, une situation. Cela me semble plus pratique, et surtout me préserve de la déception de ne jamais tout avoir… »
Pourtant Didier Willery est avant tout un planteur ! Ce sont des milliers de plantes qui s’agglutinent sur un petit espace. « Si je trouve une mauvaise herbe, c’est qu’il y a une place », ne lance-t-il pas de connivence avec son lecteur. Plus il plante, moins il y a de place pour celles que l’on appelle les mauvaises herbes. Et encore M. Willery s’ingénie à planter celles dont personne ne voudrait dans massifs et pelouse : des trèfles, des menthes en dehors de tout pot, des bambous, des Elymus (Chiendent bleu)… Si bien que ce jardinier-là ne connait pas vraiment les indésirables, « l’entretien, dit-il, devient léger ». Semblablement, la taille n’est plus une corvée de saison car Didier Willery taille tout au long de l’année au gré des « tours » qu’il fait dans son jardin.
Didier Willery ne semble prodiguer aucun conseil dans ce livre, seulement il se fait le témoin de ses expériences de jardinier presque amateur. Comment défendre la monoculture quand ces pommiers en cordons produisent avec abondance au contact de plantes aromatiques et mellifères ? Comment défendre la monoculture quand les plantes entremêlées dans une diversité, digne d’un joyeux Barbès, subissent moins d’attaques de maladies ou parasites ? Ensemble, elles sont plus fortes. Ce n’est pas un conseil mais une évidence de la nature. C’est aussi une belle morale qui s’impose d’elle-même : la non-utilisation de produits chimiques n’est pas une utopie. Ou alors ce bout de terre de D. Willery en est l’admirable contre-exemple ! Le style est foisonnant, débordant comme semble l’être le jardin. Le narrateur tacle les pelouses lissées de ses voisins comme il vous cueille en analysant sur un ton acerbe la bien pensance de ses contemporains.
Il nous dit que c’est possible d’aimer les plantes, à l’outrance à la passion, d’oser certaines associations. D’en rater, de se laisser surprendre par l’inattendu de la Nature. Laisser vivre son jardin comme il l’entend. Contrarier la nature, pourquoi faire ? Pourquoi tailler à cette époque quand on peut juste intervenir quand la nécessité s’en fait sentir ? Aider la nature, travailler avec elle. Pourquoi se tuer à la tâche alors que la nature travaille pour vous ? Intarrissable, Didier Willery vous raconte son jardin peuplé de personnages presque romanesques, ceux qui envahissent tout votre imaginaire comme ce Miscanthus ‘Gotemba’ qui le comble de son « invasion ». Des cannes rouges qui se dressent parmi la multitude. Des Méconopsis lumineux qui s’aventurent là « dans les endroits frais où il y a peu de place » comme des invasions barbares…
Amis jardiniers, faites un « tour » au jardin, laissez-vous déborder.

didier-willery

Didier Willery, Dingue de Plantes aux éditions Ulmer, 395 pages
Ses plantes préférées, ses mariages les plus réussis , ses astuces pour intégrer les comestibles, son jardin au fil des saisons.

Talon d’Achille

Les rails se sont dérobés sous nos pas. Je voudrais coller mon oreille sur l’ancienne ligne de chemin de fer pour entendre un train imaginaire. C’est ici un peu la High line, version mayennaise. La ligne n’existe plus depuis quelques années, terminus Château-Gontier. C’est devenu sommaire : une simple allée pour la promenade. Mais, c’est ici, au milieu de la ville traversant rocades, longeant le lycée Curie et sa propre aire de compostage, le cimetière en jardin mandala que je me penche sur une achillée millefolium, en fleur, blanche parmi l’herbe grasse.
Ces achillées blanches que j’arrache à tour de main, désespéré d’en limiter la propagation au jardin. Pourtant ici, son caractère sauvage et résistant me séduit. Si la variété type pousse si bien chez moi, pourquoi ne pas en profiter davantage en plantant d’autres variétés botaniques ? Le jardin accueille déjà l’Achillea millefolium ‘Golden Plate’ à la floraison jaune d’or, au feuillage si bien découpé et odorant, aromatique. Placée d’abord sous le petit massif du pommier, elle a intégré il y a plus d’un an un autre massif où elle s’est faite malheureusement plus discrète. Cependant, je ne désespère pas de sa robustesse, sans doute va-t-elle cet été reprendre du poil de la bête ! J’apprécie ses longues tiges florales pour en faire des bouquets de fleurs séchées. Ses fleurs forment un joli plateau. La plante peut devenir vite envahissante.
Cependant, malgré un sol qui semble bien accueillant pour les achillées, je me refuse encore à en planter, et ce malgré leurs caractères tout à fait naturels. Le résultat d’une déception amoureuse ! Oui, en effet, ayant planté la variété ‘Paprika’, achetée vulgairement à Jardiland dans un godet, je me suis retrouvé bien déçu quand la floraison promise –intensément écarlate- fut venue, ou plutôt : ne fut pas venue ! Paprika avait tourné au sel de Guérande ! La floraison était tout bonnement blanche comme celle de l’ancienne ligne de chemin de fer de Château-Gontier. Depuis j’ignore les achillées.
Plutôt, j’ignorais les achillées, jusqu’à aujourd’hui…

Le Sillon

C’est une désolation. Un paysage balayé par les bourrasques de vents comme sur une confusion de mer et de terre embrumées au large d’une Islande chère à Pierre Loti.
La faible lumière du soir vient se poser une dernière fois sur les trois Miscanthus nepalensis qui plient tout à coup sur leur dorure. Comment vous dire la morosité ? De mon banc, trouver une perspective : il me faudrait combler l’espace. Laisser l’œil se poser sur les fenouils bronze noircis et les arcs – en fer à béton – torsadés ne supportant, maintenant, que le vide. La chapelle à ciel ouvert.
Sur le chemin de mon regard, vient barrer l’horizon un sillon qui se tortille comme un lombric au milieu du troisième cercle. Une zébrure d’éclair au milieu de la ronde terre.
Le jaune de la lumière électrique et sa chaleur ne déborde pas du cadre d’une petite fenêtre entourée de gris, entre gris clair et gris foncé, que font les vieilles pierres de granit si caractéristiques de la Bretagne et le ciel pisseux, si caractéristique aussi (mais pas que !). Le petit café au coin de la rue principale de Loc Envel crépite. Le soir tombe, et une dernière fois nos feux de croisement éclairent sommairement la petite église de Loc Envel. On pourrait entendre ses deux cloches accrochées au fronton. Un bijou d’architecture intérieur/extérieur niché dans une nature ligneuse, sculpté de bois et bâti de blocs de granit. Après l’église, tourner à gauche. Sur la petite route, la vue panoramique –imprenable- semble parler comme une voix en écho de GPS : vous êtes bien arrivés. Pépinière des Korrigans. Thomas nous attendait. Il nous parle maintenant avec son tutoiement –entre barbus solidaires. Ce qui nous rend complices de ses plantes. Là tu vois je n’ai plus grand-chose en fleurs… en graminée, j’en ai une qui aime les sols secs et que j’aime pour ses inflorescences rosées, Mulhenbergia capillaris… vous avez déjà. Celui-ci, c’est un Pennisetum massaicum qui fait des petits écouvillons violacés en été et là ils deviennent bruns. Sinon avec mes Miscanthus giganteus je fais des écrans et au début du printemps broyés je m’en sers comme paillage. Tu veux des Deschampsia cespiteuses, tiens je t’en donne. Elles se sont ressemées partout là. J’évite d’avoir des traçants, j’essaie de nouvelles variétés d’Aster… Ah, pour tes Eremurus tu peux les mettre au frigo avant de les replanter au printemps dans une poche de cailloux en mélange avec de la glaise pour que les mulots ne te les gloutonnent pas… Tu aimes ce qui fait naturel ?… Quand je vois ici en Bretagne, les cimetières remplis de chrysanthèmes, c’est une hérésie… Il m’arrive d’acheter comme tout le monde aux fêtes des plantes, certains pépiniéristes dopent encore leurs plantes avec de l’osmocote. Pour moi, la plante doit se débrouiller seule dès le début ; ce qui la rend plus résistante et garantit à mon avis une meilleure reprise…
Sur la même ligne…nous avons refait le tour des petites allées du jardin des Korrigans désirant nous fondre dans les hautes touffes de graminées. Les Molinia se balançaient.

Un point lumineux se balance devant nous, guidant nos pas. La lampe que tient Fabrice est notre seul repère pour aller jusqu’au bungalow où nous passerons la nuit près de la pépinière de plantes d’ombre, Sous un arbre perché. Le sommeil ponctué par le chant lugubre des chouettes, reines de la petite forêt privée de Kervocu à Guerlesquin. Le matin d’automne nous cueille en train de traverser seuls le jardin de présentation où trône, fleurie, la collection de saxifrages. Olivier nous assure que l’on peut voir la mer au loin, au-delà de la limite de propriété bien entendu, quand il fait beau ! Sous les bottes, le tapis de feuilles se déroule au travers d’une quarantaine d’hectares de bois préservé. Olivier Galéa nous guide de surprises en surprises : notre petit chaos confie-t-il escaladant les gros blocs de granit énigmatiquement posés sur le flanc d’un dénivelé, plus loin il s’ingéniera à nous montrer la marque du diable ou de loups garous sur le tronc de bouleaux – des écorces griffées. La bête rôde sûrement, un blaireau ? Le chemin de promenade redevient plus serein quand Olivier nous fait sentir le doux parfum des genêts encore en fleur. Plus loin il faudra descendre jusqu’au ruisseau, apprendre à reconnaître un Carex des marais, poursuivre jusqu’à l’arbre de la sorcière recouvert d’un tapis de lierre… Tourner la tête tout à coup et percevoir en une fraction de seconde la révélation de la pièce d’eau, clou de la perspective. Fabrice s’active pelle en main à planter des Acer japonais. Depuis quelques jours, il joue du coupe-coupe pour créer des poches parmi saules, fougères et arbrisseaux qui accueillent quelques Viburnum. Je contribue un bref instant à créer une alvéole pour un Acer en coupant un saule à l’aide d’une scie élagueuse de fabrication japonaise fort efficace. Démonstration faite. La discussion fait alors débat sur la plantation ou non d’un Acer -au feuillage écarlate toute l’année- sur la petite île devant la cabane de pêche en bois sur le versant opposé. Déjà, l’eau semble réfléchir ce que sera le flamboiement d’automne des liquidambars qui bordent la pièce. Cette année, ils n’ont pas tournés se désole Fabrice.
La désolation, les oiseaux la contemplent des airs lorsqu’ils prennent leur envol sur la grande étendue entre ciel et mer. La plage du Dossen à quelques encablures de Roscoff. Sans aucun point de chute. Il y a de ces errances dans mon regard qui croise parfois le tien marchant sans but sur le Sillon de Talbert, incrédules lorsque l’on se retourne sur le soleil qui vient mourir sur la rousseur des algues qui habillent les rondeurs des galets. Le jardin, c’est peut-être un entre-deux, comme à Huelgoat où l’on s’attend voir surgir un monstre marin des eaux paisibles du lac et se dissimuler derrière la pierre qui tremble des personnages féériques au beau milieu du Chaos.
Là, sur mon banc, j’ai finalement dessiné le Sillon où danseront sous la brise, sous un air de fest noz les Massaicum, les Molinia ‘Transparent’, les Silberfeder et les nepalensis.

Helianthus ‘Lemon Queen’ : les petits chapeaux de la reine

Sous le crachin, ses chapeaux aux couleurs audacieuses sont devenus célèbres, défiant le temps. Aujourd’hui, ce sera un jaune citron un peu pâle qui éclairera le massif du dernier quartier. Le Lemon Queen. Un Helianthus, un soleil aux teintes fades qui étire sa luminosité avec langueur jusqu’à l’automne.
Les soleils vivaces en septembre-octobre éclairent vraiment les massifs. Ils sont presque flashy comme un coup de Stabilo sur une scène pittoresque. En somme, ils illuminent quand toutes les vivaces commencent à entrer en sommeil.
La première fois que j’en avais récupéré chez une de mes voisines, je pensais bêtement, ignorant que j’étais alors, qu’il s’agissait de topinambour. Leur hauteur et leur manière de se tenir bien droits m’avaient plu. Aujourd’hui, ils continuent à nous donner satisfaction ! Leurs racines rhizomateuses et charnues sont cependant vite envahissantes. Dans le massif de l’entre-deux, ils se sont échappés pour coloniser une moitié de l’allée. Pour le moment, nous les avons épargnés et nous contournons -jusqu’au jour où la tondeuse…- Dire que nous tournons autour de soleils dans nos allées-venues ! Sans doute comme des insectes sont attirés, à s’y brûler les ailes, par une lumière électrique.
Lemon Queen’ a cette douceur acidulée qui viendra peut-être timidement illuminer notre massif du dernier quartier. Du haut de ses deux mètres, on le retrouvera suspendu à l’horizon du massif, défiant fièrement ce fameux Dernier quartier… de lune. Moins envahissant que la variété commune, il restera accroché là où nous l’avons posé s’étoffant tout de même vers ses voisins Knautia macedonica, Teucrium hirconicum, Trifolium ochroleucrum et Miscanthus sinensis ‘Rotfuchs’ ! A cette époque où les feuillages festoient de leur couleur empourprée, écarlate ou dorée, où la lumière devient rasante comme si le soleil avait toutes les peines à s’élever vers son zénith, où les soleils presque hivernaux se confondent dans une lueur islandaise avec le disque lunaire, les Helianthus transpercent les brumes matinales de leur jaune citron. Nous sommes tout à coup en ce mois d’octobre où les jours s’enfuient comme Yann et Sylvestre voguant sur La Marie dans Pêcheur d’Islande : « le soleil, toujours bas et traînant, incapable de monter au-dessus des choses, se voyait à travers cette illusion d’île, tellement, qu’il paraissait posé devant et que c’était pour les yeux un aspect incompréhensible. Il n’avait plus de halo, et son disque rond ayant repris des contours très accusés, il semblait plutôt quelque planète jaune, mourante, qui se serait arrêtée là indécise où milieu d’un chaos… ». Quand plus loin toujours « l’éternel soleil, qui avait un peu trempé son bord dans les eaux, recommença à monter lentement. Et ce fut le matin… » (fin de la première partie).

Celle qui voulait devenir un caillou

Elle plie sous le vent. Sa tête violette cherche le sol. Une Verbana bonariensis du haut de son mètre se courbe.
C’est un petit jardin en carré, entouré de rondins de châtaignier, qui attendait de devenir. Seul un petit figuier peinait à combler l’espace. Nous voulions d’abord construire autour de lui une terrasse avec des lames de bois dans laquelle il aurait émergé comme dans un jardin contemporain miniature. Finalement, nous avons retenu une autre option : le jardin de gravier. Après le jardin sec où les Stipa tenuifolia se ressèment à profusion, nous avons voulu offrir au laisser-faire son terrain de jeu.
Contrairement au jardin sec où nous entretenons la dualité entre l’omniprésence du vide et le pointillisme des végétaux, le jardin de gravier est voué à devenir un support où l’on verra se construire l’œuvre de la Nature par elle-même. Nous lui donnons la page et les crayons. A elle d’en écrire les mots, tracer les lignes.
Cette idée de jardin sur gravier à germer, bien entendu en feuilletant Laissez faire ! (L’art de jardiner avec les plantes qui se ressèment toutes seules) aux éditions Ulmer, mais aussi en visitant l’été dernier le Jardin de la Grille à Durtal.
La recette : décaisser le sol jusqu’à 25 cm de profondeur, désherber, dans un sol lourd et argileux mettre du compost mélangé à du sable, dans un sol léger et sablonneux mettre un mélange de compost et bentonite, compacter le sol, ajouter le gravier (de préférence calcaire) sur une couche de 10 cm d’épaisseur, planter.
En ce qui concerne la bentonite, on peut en trouver dans les litières pour chat encore faut-il qu’il soit spécifié qu’elles sont non traitées. Nous avons renoncé pour notre part à en mettre.
Planter : de ci de là des pieds-mères qui feront des petits ! Nous avons opté pour des plantes vivaces appréciant le plein soleil et ne redoutant pas la sécheresse : un pied de Cephalaria gigantea disposé en arrière-plan, des Verbana bonariensis, un Nepeta tuberosa (Pépinière Le jardin de Bellenau acquis lors d’Entre Cours et Jardin édition 2015), une Succisella inflexa Frosted Pearls (Pépinière Ferdinandushof lors des Journées des plantes de Saint-Jean de Beauregard), un Limonium latifolium (Statice vivace que nous déplaçons de la cour trop ombragée pour lui faire prendre un bon bain de soleil) ; toutes éclatées dans le petit espace de ce jardin sur gravier. Il nous reste à y incorporer une belle graminée, nous pensons à un Deschampsia sans encore avoir fait le choix de la variété qui pourra, comme les vivaces sus-citées le feront certainement, se ressemer à loisir.
Attendre. Regarder.
Place à celles qui voulaient devenir des cailloux…

Chaumont, un parc à écrins : petits cabinets de curiosités

Depuis tous ces jours, des gens défilent sans me voir. Ils me frôlent à l’entrée secondaire, lorsqu’ils passent par le potager. Et puis, dans la lumière diffuse d’un matin, l’haleine chaude d’un enfant peut-être est venue me détacher du faible lien qui me retenait encore à mon géniteur, un Tragopogon porrifolius.

Tragopogon porrifolius

DSC_0145

DSC_0268

DSC_0310

DSC_0110

C’est un akène à aigrettes, transparent virevoltant dans le vent. Pourtant serait-ce un bijou de l’éphémère. Il se détache de la boule cotonneuse se dispersant aux quatre coins des jardins, permanents ou non, semant la zizanie jouant l’improvisation dans ces théâtres de verdure, petits cabinets de curiosités… Il s’accroche à une aiguille d’un cèdre du temps de la Princesse de Broglie, bascule dans le vide dans un grand vertige. La chute est étrangement légère. Il glisse sur la rugosité de l’écorce d’un fût posé au sol, comme planant au-dessus de monts alpins ; percute. Le flot d’un souffle fait tournoyer, aspiré. Un entonnoir de bois rétracte, étire, rétracte les morceaux les rondins les troncs les rondins les morceaux. C’est toute la gravité de l’univers sous pression. Un tube semble tout aspirer. La spirale. Un trou, un trou noir. Dans les prés de Goualoup. Il est siphonné.
Carbon pool, Land Art par Chris Drury

Noir. Vous passez dans un tube, un tube digestif. La Nature, prédatrice, ici vous avale. On a mis la nature en cage, dans des caisses comme s’il s’agissait de félins féroces. Les couleurs qui prennent la lumière sont attractives pour les proies de passages. Sommes-nous ceux qui observons ce plantes carnivores au travers des barreaux ou est-ce nous que la Nature observe, dévore de son œil ? Noir.
Il contraste avec ses aigrettes blanches dans cette anti-chambre noire. La rareté réside dans les floraisons ou les feuillages empourprés, assombris presque noirs. La recherche absolue de l’impossible végétal : un dalhia noir ou un Sureau nommé ‘Black Lace’. L’univers se perd dans une obscurité, malléable comme le verre.
Vous vous déposez sur ces culots de bouteilles aux couleurs vives, alignées. Elles forment une grande paroi déformante. Derrière il y a un monde de coloristes, avec leurs plantes tinctoriales. On met en bocal les pigments comme on mettrait des épices, chères. Puis on tisse. Dans ces bouteilles éprouvettes, on dirait que l’on vous élève comme du coton.
Un akène aurait-il toute sa dimension si on le mettait comme ces précieux porte-bonheur, les trèfles, sous verre ? De la plante rare à la plante invasive, il n’y a parfois qu’un pas : du trifolium ou de l’oxalis lequel faut-il encadrer ? Au quel faut-il laisser la liberté ?
Vous, si léger, vous êtes-vous laissé enfermer dans ce tableau rempli de nuances bleues ? Peut-on contenir la beauté de la Nature dans une œuvre d’art ? La nature va-t-elle sortir du cadre ?
Il explore des caisses, des trésors comme un certain Phileas. Comme une bouture, il aimerait se mettre au chaud, dans un nid douillet, sous la verrière parmi les vieux outils. Tomber au fond d’un pot de terre où la paroi serait comme une rampe d’envol …
Une ascension vers le vide, vers le ciel. Vous traversez alors un désert de cactus et de plantes succulentes. La chute vous emmène dans un courant d’air, dans le courant de la Loire ; miroir majestueux où un jardin secret pourrait se refléter, changeant d’un cadrage à l’autre. Jardin secret dans un écrin d’herbes folles et plantes sauvages : Cirsium, Stipa et Sedum rampant. Comme si tout s’était semé de lui-même. Dans la profusion, vous voyez défiler des collections des rêveries des fantasmes avec un jardin comestible mis sur une table. L’opulence de la nature a un caractère sacré tout comme ces masques africains qui remplacent soit des têtes de fleurs soit leurs tuteurs.
Il est pris dans un tourbillon, bringuebalé tout à coup sur la surface d’un tamis. Parmi la récolte des graines. C’est dans ce jardin aux milles noms latins, dans ce jardin des graines qu’il se disperse.

La lumière se fait seulement sur une fougère. On est revenu où tout commence. Il y a une sorte de volcan et des plantes primitives, pionnières semblent s’installer après un bouleversement. Voilà, les mousses et les lichens colonisent. L’akène s’est posé ici en silence…
La lumière se fait seulement sur une fougère. On est revenu où tout commence. Il y a une sorte de volcan. Des plantes primitives, pionnières semblent s’installer après un bouleversement. Voilà, les mousses et les lichens colonisent. L’akène s’est posé ici en silence…

Lien sur le Festival International des Jardins : http://www.domaine-chaumont.fr/